Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/185

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


PANTAGRUEL, T. I, P. 246. I77

SOUS ce titre : Formicarium de maleficis &^ eorum de- ceptionibus, dans la première partie du Maliens malefi- coriim, Lyon, 1584, Roger Bacon, citant le catalogue de Rabelais, dans son De dignitace et augmentis scien- tiarum- {\iv. vi), applique plaisamment ce titre à son propre ouvrage : « Conceditur certe cuivis,Rex optime, seipsum et sua ridere et ludere. Quis igitur novit, num certe opus istud nostrum, non descriptum fuerit ex libro quodam veteri, reperto inter libros faniosis- simas illius Bibliothecœ S. Victoris quorum cataloguai excepit Magister Franciscus Rabelccsius ? Illic enim invenitur liber, cui titulus est, Formicarium artiiim. Nos sane pusillum acervum pulv’iscuîi congessimus, et sub eo complura scientiarum et artium grana condidi- mus, quo formica ; reptare possint, et paulatim conquies- cere, et subinde ad novos se labores accingere. »

L. i\ : De hrodiorum… lacofpinum. « De l’usage des bouillons et de l’honnêteté de chopiner, par Sylvestre de Prierio Jacobin. » Ce Jacobin, qui se nommait Mozzolino ou Mazzolini, était né à Prierio, village près de Savone. Sa Somme des cas de conscience, connue sous le nom de Summa fyluefirina^ était d’une grande indulgence en matière de jeûne.

L. 18 : Viiguillon de vin. Par aguillons de vin Rabe- lais entend, au propre, les jambons, langues de bœuf fumées, et autres denrées analogues. Voyez t. i, p. 229 1. 1 1 ; mais, de même que frère Jean dit le ser- vice du viVzpour le service divin (Voyez t. i, p. 105,1. 2, et le Commentaire)^ il y a ici une allusion à quelque livre intitulé L’aiguillon divin^ ou L’aiguillon de l’amour divin.

L. 19 : L’efperon de fromaige. Le vin, qui excite à manger du fromage. C’est une allusion à certains titres des ouvrages du temps, peut-être par exemple au suivant : L’efperon de difcipline^ pour inciter les humains aux bonnes lettres^ Jlimuler à doctrine, animer à fcience, inuiter à toutes bonnes œuures… lourdement forge &• rudement lime par… fraire Antoine du Saix. (s. 1-), 15337 4°-

IV. 12