Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/237

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


TIERS LIVRE, T. II, P. 39-42. 229

Page 39, 1. 16 : Depucellir cent filles. « A Tivoli prêchait un frère de peu de réflexion, qui, dans un beau mouvement contre l’adultère, s’écria : « C’est un péché si horrible, que j’aimerais mieux connaître dix vierges qu’une seule femme mariée. » [Les Contes de Pogge, XXIV, éd. Lemerre)

Page 40, 1. 7 : En nos maifons. Il ejî encores cher- chant la Renne.

… S’il trouue mon logis Plus fort fera que le deuin.

(Villon, Grand iejiament, xciii, p. 62)

Page 41, I. $ : Vaureille dextre. La mode de porter un anneau à l’une des deux oreilles est constatée par ces vers de Mellin de Saint-Gelais, cités par Le Duchat :

Ne tenez point, eftrangers, à merueille, Qu’en celle cour cliafcun maintenant porte Bague ou anneau en l’vne ou l’autre oreille.

Page 42, 1. 6 : le n’en voiildrois pa’ : tenir… Il doit y avoir ici une plaisanterie, tirée, comme il arrive sou- vent, d’une attente trompée ; on croit qu’il va dire : « une bonne somme, » ou quelque chose d’équivalent, pour exprimer qu’il ne renoncerait pas volontiers à ce qu’il a vu, puis, au lieu de quelque chose d’agréable à toucher, il nomme : vn fer chaud.

L. 26 : Afpre auxpot^, à propos. Équivoque emprun- tée à Guillaume Crétin {Epijîre à Honorât de La lallle) :

. . . . Vn quidam afpre aux pots à propos A fort blâmé fes tours peruers par vers.

L. 27 : Ceft mon bureau. Autre équivoque. Il a été question jusqu’ici d’une robe, pour laquelle Panurge a pris « quatre aulnes de bureau, » c’est-à-dire de bure ; maintenant il s’agit d’un bureau dans le sens actuel de ce mot, c’est-à-dire d’une table où l’on travaille et qui est encore souvent couverte de bure ou de serge. Un peu plus loin, c’est le sens de robe de bure qui