Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/250

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


242 COMMENTAIRE.

Or, va, que mille charretées De dyables te puiffent emporter.

{Farce d’vng inary ialoux. Ane. Tliéât. Franc, i, p. 14^)

« Ce que nous voyons que les prcfcheurs que i’ay alléguez ci-deffus difent quelques fois, Ad omnes dia- bolos^ad triginta mille diabolos, c’eft vu certain Latin dont le patron a efté pris fur noftre François lequel bien fouuent pour exagérer conte les diables par tant de mille chartées : difant, ie le donne à trente mille chartées de diables, ou quarante, &c. » (Henri Eftienne, Apologie pour Hérodote, ch. xiv, t. i, p. 197)

L. 31 : Baille moy tu bourfe. Il la demande en appa- rence pour se préserver des diables au moyen des croix que portaient les pièces de monnaie.

L. 32 : Ce que nagueres aduint à lan Dodin. La Mon- noye a rapporté dans le Méiiagianu. (t. i, p. 368) l’original de ce conte :

De quodam Minoritaiio d- alio.

Francifcanus in alteram profundi

Ripam fluminis excipit ferendum

Quempiam nitidum comatulunique

(Parco luiic Domine, rem minus filcbo

Dignam publica quœ lit, atque fiât),

Inipollumque luimeris rogavit ipfe,

Cum ventum ad médium prope effet amnem

Francifcanus, an is pecuniarum

Quicquam forfan haberet ? lUe habere

Se dixit, quibus hune juvaret, amplas,

Affatim quoqiie afymbolum cibaret.

Promiilîs nihil excitus vadator :

Nefcis ordinis, inquit, effe noftri /

Nosdoferrc pecunias vetari ?

Deforior minime hujus ipfe fiam.

Excuffum fimul hune in amne liquit

Novi utrumque, & id audii ex utroque.

(Nie. Barlholomcei Lochienfis Epigrammata &Eidyllia, Parillis, Cyaneus, 1532, fi", liv. 11, f 2a, v".)