Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


GARGANTUA.

19

forti de fon cerveau, il ne l’a créé qu’en compofant Gargantua. Il en réfulte pour le lecteur actuel que frère Jean, qui tient une fi grande place dans le pre- mier livre, n’eft pas nommé dans le fécond, tandis qu’on le retrouve dans chacun des trois autres.

Il en eft de même ù l’égard de quelques autres per- fonnages moins importants, tels que Ponocrate & Gymnafte, qui, créés feulement dans le Gargantua, ne paraiffent point dans le Pantagruel.

L’antériorité de ce livre femble fi bien démontrée, que nul n’aurait fongé à la contester, fi l’on n’avait crii d’abord à la néceffité de reconnaître, par une forte de conféquence forcée, Rabelais pour l’auteur des grandes Cronicques. Elles paraiffent, dans leur enfemble, telle- ment indignes de lui, que fes nombreux & fervents "admirateurs ont mieux aimé nier l’évidence que de les lui attribuer.

Une conjecture fort {Qn(éc de M. Gaflon Paris eft de nature à les tirer d’embarras.

« Je ne doute pas, dit-il, que ce livre, antérieur à 1526, n’ait été revu par Rabelais qui le publia fans doute à Lyon en 1532. En eflfet le premier livre du Pantagruel eft de la fin de 1532, & le Gargantua auquel il eft fait allufion dans le prologue était certai- nement un livre nouveau. Tous deux, le Gargantua revu par Rabelais & le Pantagruel, ont paru, fuivant une probabilité qui touche à la certitude, chez le même éditeur lyonnais, à un très-faible intervalle. C’eft ce qui rend bien vraifemblable la participation de Rabe- lais à l’édition revue du Gargantua ; il était à Lyon depuis le commencement de 1532 ^ ».

Ainfi s’explique qu’on trouve de temps à autre, au milieu d’un récit plat & infipide, un détail fpirituel & vraiment comique, tout à fait de nature à être attribué à notre auteur.

I. Revue critique, 4" année, p. 5 28, note i.