Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/284

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


2’j(> COMMENTAIRE.

Page 323, 1. 13 : SainEls 00. Prières qu’on faisait pendant les neuf jours précédant Noël, et quicommen- çaientpar O : « O Sapientia… O Adonaï… ORadix… »

Page 324, 1. 30 : Seigneur delà, roche Pofay. « Jean Châtaigner, Seigneur de la Roche-Pofay, de S. Georges de la Roche-Faton, & de Bernay, Maître d’Hôtel des Rois François i. & Henri 11. Il boitoit depuis l’année 102, qu’étant guidon de la Compagnie de Genfdarnies du Bâtard de Savoie, il eut la jambe caffée d’un coup de moufquet au iiége de Pavie. Voiez les Obféques du Roi François i, p. 39. deVHiJi. généal. de Sainte-Mar- the, 1. 30, & les Mémoires de Martin du Bellai, 1. 2. » (Le Duchat)

Page 325, 1. 5 : leu n’ejl ce.

… Il vauldroit mieulx employer fa ieuneffe Pour auoir cerfz à force ; car ieu n’eJe De pourfuyuir biches blanches…

(Guillaume Crétin, Poéfies, édit. Coustelier, p. 109)

L. 15 : Monfxeur le Roy {ainji fe nomment Chiqtta- nous). Leur titre était-ce sergents le Roi, » c’est-à-dire sergents du roi. Roche-Boisseau appelle aussi « Mon- fleur le Roy « un sergent de Douai, dans les Aventures du baron de Fœnejle.^ liv. III, c. y. De la Roclie-Boif- feau & des Sergents.

L. dernière : Le philofophe Samofatoys. Lucien de Samosate, dans le dialogue intitulé : Les Lapuhes.

Page 326, 1, 17 : Les nopces de Bafché en prouerbe commun. « Là dedans y a bien pis qu’aux noces de Bâché. » (D’Aubigné, Aventures du baron de Fœnefte, liv. III, c. 5.) Cette expression se trouve aussi dans Bou- chet (1. I, 3"= serée, p. 108, et 1. m, 27" serée, p. 203). Lacurne de Sainte-Halaye cite ce dernier passage dans son glossaire. Son éditeur, qui semble n’avoir pas Ra- belais fort présent, hasarde, à ce sujet, cette note étrange : a Bafché ne feroit-il pas pour basoche, comme bafchea eft pour bafilica ? »