Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


GARGANTUA.

« Gargantua… eut vng fîlz de Badebec fon efpoufe, lequel a faift autant de vaillances que Gargantua. Et le pourrez veoir par la vraye Chronicque, laquelle eft vne partie imprimée. Et quelque iour que mcfiieurs de Saine Viftor vouldront, on prendra la coppie de la refte des faids de Gargantua, & de fon filz Panta- gruel. »

Les Chroniques gargancuines fe multiplièrent enfuite fous divers titres, tantôt s’enrichiffant de quelques morceaux du nouveau Gargantua & de Pantagruel^ tantôt fe condenfant au contraire fous une forme des plus concifes pour rentrer dans les limites reftreintes des volumes de la Bibliothèque bleue.

Nous ne nous arrêterons pas à ces publications informes ; il nous fuffit d’avoir attiré l’attention fur l’ouvrage primitif dont nous allons reproduire le texte, & qui a fourni, comme on pourra s’en affurer, de nombreux points de départ aux facétieufes amplifica- tions de Rabelais.

A nos yeux, le feul mérite que puiffe préfenter la réimpreffion d’une rareté bibliographique de ce genre, c’eft l’exaftitude. Nous avons cherché à la pouffer II loin que, non content de faire exécuter un fac-fimile du titre, nous avons confervé, dans l’ouvrage, les fautes typographiques qui s’y rencontrent en grand nombre. Nous n’avons jugé néceffaire de les accom- pagner, ni de la mention jîc^ qu’il aurait fallu répéter trop fouvent, ni d’aucune note rectificative, car elles font de nature à être corrigées à première vue par le ledeur, & ne peuvent donner lieu à aucune difficulté.