Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/317

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


TOME III

PAGES ( I - I 8 I )

LE CINQVIESME LIVRE

Page i, 1. i : Le cinquiefme & dernier liure. C’est dans cette partie de l’ouvrage que les questions reli- gieuses et sociales, traitées presque sans déguisement et sans voile, sont abordées avec le plus de franchise et d’audace ; aussi est-elle, sinon la plus lue, du moii^s la plus fréquemment citée. C’est Grippsminaud, ce sont les chats fourés qui ont surtout rendu Rabelais populaire- et peu de gens savent qu’il est absolument impossible de décider si tel ou tel passage de ce livre est de lui ou non.

Le manuscrit, que M. Paul Lacroix avait d’abord considéré comme un autographe de Rabelais [Journal des Débets, du 13 mars 1847), n’est qu’une copie non datée ; la première édition, publiée sous le nom de L’IJIe fonnante et composée seulement de seize cha- pitres, n’a paru qu’en 1562, plusieurs années après sa mort ; enfin la première édition complète, qui est de 1564, et dont nous reproduisons le texte en en corri- geant les fautes évidentes à l’aide du manuscrit, ne porte aucun nom d’imprimeur ou de libraire : elle est