Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/366

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


358 COMMENTAIRE.

que Rabelais parle quand il dit un peu plus loin : « Croyez ce porteur. »

L. 8 : Ver. Nom latin du printemps.

L. 10 : Et iou mot. Littéralement : « et je (moij mot, » c’est-à-dire : « moi je ne dis mot ; motus. »

Page 250, 1. 3 : (luel vent. — Œuvres 1542 : Quel temps j ny quel vent.

L. 12 : H.ily. Ce mathénîaticien arabe du xil* siècle esc fréquemment allégué par les faiseurs d’almanachs : « Secundum fententiam Hali Habenragel » (Starren- wadel, 1, Régis, t. m, p. 928). C’est sous son nom qu’est mise La grand… prognojiicatlon générale. Voyez ci-dessus p. 353.

L. dernière : Contraria contrariis curantur. « Les contraires sont guéris par les contraires. »

Page 251, 1. 7 : Tel cuidera… fiantera.

Car en lieu de pet ou de vefle On chiera long ou à lozanges.

{La grani & vrayc Preno/lication. — Ane. poés. t. viii, p. 34.4.)

Dans L’Almanach prophétique du fieur Tabarin pour Vannée 1623 (œuvres de Tabarin, t. 11, p. 433) le pas- sage de Rabelais est reproduit presque textuellement : « Les cuidez feront trompez : car tel cuidera faire quelque vcntofité dans fes gregues qui y chiera tout à fait. »