Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/365

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


PANTAGRUELINE PROGNOST IC ATIO.V. 357

L. 26 : loueurs de pajfe pajfe. Les éditions de 1542 et 1547 ont ici en plus : « Enchanteurs, Vielleurs, Oblieurs, Poètes. »

Page 244,1. 6 : Lan D. xxillJ. « U avoit paru plu- fîeurs Prédictions quiàcaufe de lagrande conjonftionde Saturne, de Jupiter & de Mars au fîgne des PoilTons en 1524, annonçoient pour le mois de Février de cette année là un fécond Déluge univerfel : & il n’en a pas fallu davantage pour faire courir en foule à S. Jaques en Galice la nation Alemande encore en ce tems-là fort entêtée des pèlerinages. » (Le Duchat)

Page 245, 1. dernière : Adeo… beatum. Voyez ci- dessus, p. 293, la note sur la 1. 13 de la p. 422.

Page 246, 1. 22 : Arles. Nom latin de la constel- lation du Bélier.

Page 247,1. àermere -.’Attende-^ la venue du boyteux. C’est le temps qui est ainsi désigné proverbialement :

Attendant le boiteux, je confolois Lucrèce.

(Corneille, Le Menteur, i, i)

Page 248, 1. 3 : Chapitre vu. Ce chapitre etles trois suivants ne se trouvent pas dans les premières éditions.

L. 19 : Pour autant que &"< : . îl feint de commencer à donner une explication scientifique, puis s’arrête brusquement.

Page 249, 1. 2 : Les gryphons. & marrons. Rabelais appelle en plaisantant les guides ou porteurs gryphons. non, comme le dit Le Duchat, parce qu’ils montent « comme de vrais gryphons, » mais parce qu’ils ont les jambes garnies de crampons de fer appelés griffes. — Quant au mot marron, il est d’origine italienne : « Marrone, dit Oudin, m.iron, homme qui fertà paffer les montaignes & principalement au mont Cenis. » Montaigne a dit dans ses Voyages, à l’article NovaJefe : « Locai li otto marronii quali mi portaflero in fedia fin alla cima di Mon Senis. » C’est de l’un d’eux