Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/409

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LETTRES. — DOCUMENTS.

401

passé de la bibliothèque du président Bouhier dans celle de la Faculté de médecine de Montpellier, où il est coté H. 24, fol., et intitulé : Lettres latines & françoifes de lean du Bellay^ cardinal & évêqiie de Paris ^ ou qui luy ont été écrites par diverfes ferfonnes^ copiées par lean Bouhier, confeiller au parlement de Dijon. Elle a été publiée pour la première fois par Libri dans le Jour- nal des Savants. {Notice des manuscrits de quelques bi- bliothèques des départements. Quatrième et dernier ar- ticle, janvier 1842, p. 44J. 11 avait laissé en blanc un mot dont nous devons la lecture à notre ami M. Royer, qui a profité d’un passage à Montpellier pour faire cette collation. Cette lettre n’a point de date d’année, mais elle paraît être soit de 1546, soit de 1547. L’extrait suivant, transcrit par le ministre Paul Ferry dans ses Observations séculaires^ manuscrit de la bibliothèque de Metz, indique du reste qu’à cette dernière époque Rabelais avait une occupation assez lucrative : « 1547, payé à M= Rabellet p ses gages d’un an c’est à savoir à la saint Remy 60 livres, à Pasques darien passé 60 livres comme plus con lui ont donné p le quart d’an de saint Jean 30 livres. » (Voyez Rabelais médecin flipendié de la cité de JMet^^TpViT M. Charles Abel, Mé- moires de l’Académie de Met^, 1869, p. 592).

On trouve dans le catalogue Fillon^ série des initia- teurs, n° 6, une quittance de Rabelais datée de Rome le 18 juin 1548. Elle a été vendue quatre cents francs.

Page 391 : La sciomachie. L’édition originale, dont nous reproduisons le titre, se compose de3 i pages in-8. Elle est d’une extrême rareté. A la vente La Val- lière cette précieuse plaquette ne s’était vendue que trois livres, mais en 1864, à la vente de M. Léopold Double, elle a monté jusqu’à 520 francs. L’exemplaire que possède dans sa réserve la Bibliothèque nationale est coté Ln 27 15462, On trouve un autre ouvrage sur le même sujet dans le Recueil de poésies françaises^ par Montaiglon, t. x, p. 20.

IV 26