Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


GA GANTUA,

47

deuaiit la porte de la ville a vng defieuner par vng lundy matin entre fept & huyt heures. Apres que gar- gantua eut defleune il eut enuye de dormir & fen alla a vng quart de lieue de la ville en vne vallée ’ ou il fe coucha et fe endormit. Aulcunsdela ville lauoyent veu endormy lefquelz en firent le raport : dont il fut dit par le confeil que ilz le yroyent aflaillir la nuyt et quilz le tueroyent endormy. Et quant ilz furent au lieu ilz cuidoyent deualler la vallée & ilz tumboyent dedans la gueuUe de Gargantua qui dormoit la gueulle ouuerte : & y tumberent deux cens & cinq iuftement. Et quant Gargantua fut efueille il eut grant foif a caufe de ces macquercaulx fallez quil auoit menge : il alla a la riuiere pour boire & beut tellement quil mift ladifte riuiere a fec. Lors les citoyens qui eftoyent tombez en fa gueulle furent tous noyés.

bablc qu’il manque une ligne entière & que le p.xflagc complet était ainfl conçu : auecques deux cacques de macquercaulx /allez, & (ici un nombre que nous ne pouvons déterminer) barilles de moufiarde,

I. L’édition de 1533 préfente, à partir de cet endroit, la variante fuivante :

En vne vallée, ou il fendormit. Aulcuns de la ville en firent le rapnrt, dont il fut dit par le confeil que le Roy accorapaigne de ceulx de la ville le yroyent tuer tout endormy. Et quant ilz furent au lieu ou gar- gantua dormoit, ilz cuidoyent deualler la vallée et ilz tomhoient dedans fa gueulle, car il dormoit la gueulle ouuerte, et leur fembloit de fcs dentz que c’eftoyent les gros rochiers qui eftoyent au long de la riuiere. Kn forte quil tomba dedans fa gorge deux mille neuf cens quarante et troys hommes tous armez, la picque au poing. Et quant Gargantua fut efueille il eut grand foif a caufc de ces macquereaulx fallez quil auoit mangé, & s’en alla a la riuiere pour boire, et beut tellement qu’il mift ladide riuiere a fec. Alors mes poures citoyens qui eftoyent tombez en fa gueulle furent tous noyez, en cepte troys qui tombèrent dedans fa dent creufe, lefquelz en tombant fe recommandèrent à dieu, en ayant foy et créance quil les pouoit fauluer, et non aultrc.