Page:Rabelais marty-laveaux 05.djvu/199

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


COCQUE

COGITER

? 9

« Coquajjicrs, Grillotiers… » III, 242. Cocque, Coque. «… coques de noix. » II, 88. «… coque de Tortue… » 211. « Coque d’vne Tortue… » 493. «… les cocques des deux œufs, iadis ponnus & efclospar Leda… » 111,42 et IV, 322. Voir Calicule.

CoCQUECIGRUE, CoCQUE CIGRUE,

Coquecigrue. «…feutaduifé… quefon royaulme luy feroit rendu à la venue des Cocquecigrues. » I, 180. «… on mangeoit fans def- guainer cocques cigrues à ventre déboutonné. » I, 273. « S’il re- culloit, c’eftoient Ccqnecigrues de Mer. » II, 382. « Des coc- quecigrues. » III, 218.

Cocqueltcous. Coquelicot. « En fécond feruice furent feruies… De cocquelicous. » III, 219.

Cocqueluche. Capuchon. « La cocqueluche des moines. » I, 248.

COCQUEMARE, CoCQUEMART, Co-

quemar. Balzac (un ménage de garçon), l’appelle cagnard. « Le cagnard est une espèce de plat épais qui a quatre pieds, afin que, mis sur le fourneau, l’air, en circulant, empêche le feu de le faire éclater. Rabelais, je crois, parle de ce cauqueviarre à cuire les coquecigrues, ce qui démontre la haute antiquité de cet ustensile. » « Le brimbaleur qui tient le cocqueviart. » I, *î- «… en vos coquemars De mille marcs ià n’auriez affez. » 196. « Des cocquemares à la vinai- grette. » III, 218. Cocu, Coqu, Coque, Coquùe. Si- gnifie quelquefois hibou. Jeu. « Au cocu. » I, 80. « Il pourroit cent & cent foys fe transformer en Cy- cnc.en coqu. » II, 63. «…tu feras coqu home de bien, ie t’en afeeure : tu auras belles cornes. » 73. « Vous… me femblez… errer

intrepretant cornes pour co- cuage. Diane les porte en tête à forme de beau croiffant. Eft-elle coque pourtant ? Comment diable feroyt-elle coque, qui ne feut oneques mariée ? » 74. t. ..cocu iufques au cul. » III, 117. Voir Avoistre, Bannière.

Code. «… fommes didz Parabo- laius, au longfaucile, & au grand code… » III, 191.

Codices (codex, codicis). Livres. «… pour l’efeot nousdimittons nos codices… » I, 242.

Codicille. «… vn petit mot de teftament, ou Codicille pour le moins. « II, 340.

Colivage. Qui erre dans le ciel. «… deux filopendoles caliua- ges… » II, 109.

Ccf.naire. Relatif aux repas, «…loix cœnaircs &l fumptuaires… » II, 24.

Cœne. Commune. Voir Cène.

Cœur, Cueur. «… la région du ciieur & du cerueau. » I, 55. Voir Armoire, Asscrer, Cabine ! , Capsule, Cerf.

Par cœur. De mémoire, sans recourir à un livre. «… iuf- ques à ce que l’on les tint par cueur… » I, 215. «… trop mieulx par liure dormoit, que par cœur. » II, 492.

En guayetè de cœur, Par guayelè

■ de cœur. «… ce que par aduen- ture cuidiez dift en gayetè de cueur. » I, 5. «… ilz ont parlé par guayelè de cœur… » II, 159. «… [-ar guayetè de cœur leurs donnoit de grands coup de poing en face. » 327. « Epiftemon tierça en guayetè de cœur. » 493. — Chœur. «… vn efeadron de pelitz Diableteaulx de cœur. » II,- 429. Bas cueur. Voir Bas.

Coffre. «… l’huyle fentoit le co/jie au preftre… » III, 215.

Cogiter (Cogilare). Penser. «… fi