Page:Rabelais marty-laveaux 05.djvu/295

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ES

2U

mière fois à dans les, mais la se- conde il correspond plus exac- tement à aux. «… vne belle corne d’abondance, telle que voyez es antiquailles, & telle que donna Rhea es deux nym- phes Adraftea & Ida… » I, 32. C’est également par aux que s’interprètent le mieux dans la langue actuelle les exemples qui suivent. « Croiez vous… qu’onc- ques Homeie… penfaft es allé- gories lefquelles de luy ont cal- freté Plutarche, Heraclides Pon- ticq… » I, 6. « Attendu l’admi- rable tranfport des règnes & empires : Des Affyriens es Me- des. Des Medes es Perfes, Des Perfes es Macedones, Des Ma- cedones es Romains, Des Ro- mains es Grecz, Des Grecz es Francoyz. » 10. «… vne cou- leur innommée, telle que voyez es coulz des tourterelles… » 33. « Es quelles remonftrances rien plus ne respondoient. » 102. « Es vns efcarbouilloyt la ceruelle, es aultres rompoyt bras & iam- bes, es aultres deflochoyt les fpondyles du coul, es aultres de- moulloyt les reins… » 106. «… tuèrent les gardes d’icelle ’ porte, & la ouurirent es hommes d’armes… Le moyne leurs feift rendre les ballons & armes… commettant gens es portes pour les garder de yffir. » 179. « En- tendez vous rien là ? dift Panta- gruel es allîftans. » 260. «… affin quenefemblonswAtheniens… » 335. «… attendez icy & vous offrez es ennemys franchement. » 338. « Ma délibération eft feruir & es vns & es autres. » II, 10. ’<… les quelz ont dift loix i\ gens mariez fus le faift de mariage. » 222. «… donner ce peu de foulaigement que pouois es affligez & malades ab-

fens… » 247. «… comme la torche… tout le temps qu’elle eft… ardente luift es affiftans… fus l’inftant qu’elle eft extainfte, par fa fumée… nuift es affiftans & à vn chafeun defplaift… » 362. « Sus l’inftant que feray trefpaffé, faiftez par les archiers de ma guarde, es quelz i’en ay expreffe commifîîon donné, tuer tous ces nobles… toute Iudee… en dueil… fera, & femblera es eftrangiers, que ce foyt à caufe de mon trefpas. .. » 363. «… en- cores me frifonne… le cœur… quand ie penfe es prodiges… les quelz veifmes… Pindarus aper- tement dift es deeffes Hama- dryades plus de fil, c’eft à dire plus de vie, n’eftre fille… que es arbres par elles conferuees. » 366. «… Callimachus &… Pau- fanias… Es quelz confent Mar- tianus Capella… » 366-367. «… es nopees de Iau Delif. » 453. « Frère Iean… emporta la couuerture, le mathelats… & les donna es matelots. » III, 61-62. « Ils (les elephans) ont ioinftures & articulations es iambes. » 119. «… nous, dift noftre noble Lanterne… qu’euffions à ob- tempérer es Inftruftions de la Pontife Bacbuc… » 141. «…ren- dez grâces es cieux… » 170. « Hz les ont tolluz (mes ef- criptz) es malades, es goutteux, es infortunez, pour lefquelz… les auois faiftz. .. » 191. «… quelle enuie eft ce, tollir es langoreux & malades, le plaifir & paffe- temps ioyeux. » 192.

Esqueli, tantôt en un mot, tantôt en deux. Auxquels. «… voulut celle part de fes genfdarmes e/quel ; par fort ef- toient aduenues les febues blan- ches, paffer toute la iournee en ioye… » I, 41. « Fuis les com-