Page:Rabelais marty-laveaux 05.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


XXXII NOTICE BIOGRAPHIQUE SUR RABELAIS

adressa donc à Paul III une nouvelle supplique pour lui demander la confirmation et l’extension de son pre- mier induit, et notamment le droit d’exercer partout la médecine et de posséder régulièrement ses bénéfices ecclésiastiques, présents ou à venir. Nous n’avons point la pièce en réponse à cette requête ; mais il est certain que les grâces sollicitées par Rabelais lui furent accor- dées.

Dès l’année suivante, et peut-être la même année, il reprit sa vie errante. Nous apprenons par des vers de condoléance que Boissonné charge Rabelais de lire à Guillaume de Langey, à l’occasion de la mort de la dame de Langey, sa femme (juillet if4i), que Rabelais était à cette date à Turin, où Langey résidait, comme vice-roi de Piémont. Est-ce en même temps que Rabelais avait rédigé en latin un ouvrage militaire, qui fut traduit en français par Claude Massuau, sous le titre suivant, que nous a conservé Du Verdier : Stratagèmes, c’eft à dire proueffes et rufes de guerre du pieux et très célèbre chevalier de Langey, au commencement de la tierce guerre cefariane. 1 5"42. Malheureusement, ni l’original ni la traduction ne sont parvenus jusqu’à nous.

La protection de Langey s’exerça de plusieurs façons en faveur de Rabelais. M. Heulhard, à qui l’on doit la découverte de tant de précieux détails qui précisent et complètent sur plusieurs points la biographie de notre personnage, a signalé le premier, dans le Difcours de la Court préfenté au Roy par M. Claude Chappuys, publié en 1^43, une liste de maijlres des requejies où figure !