Page:Rabelais marty-laveaux 05.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


XXXVI NOTICE BIOGRAPHIQUE SUR RABELAIS

Tout ce qu’on sait d’authentique sur l’administration curiale de Rabelais se réduit à ceci : l’évêque de Paris, Eustache Du Bellay, au cours d’une visite pastorale, étant venu à Meudon, il ne trouva que le vicaire.

Moins de trois semaines après qu’il avait recouvré son indépendance, le 28 janvier iff2, Rabelais adresse la dédicace du quart livre à Odet de Châtillon, et se place sous la protection officielle de ce prélat : « Prefentement hors de toute intimidation, lui dit-il, ie meélz la plume au vent ; efperant que par voflre bénigne faueur vous me ferez contre les calumniateurs comme vn fécond Her- cules Gaulloys. » Et il termine ainsi en attribuant auda- cieusement à son nouveau défenseur toute la responsa- bilité de son œuvre : « Au furplus vous promettant que ceulx qui par moy feront rencontrez congratulans de ces ioyeulx efcriptz, tous ie adiureray vous en fçauoir gré total… par voflre exhortation tant honorable m’auez donné &. couraige & inuention : & fans vous m’eftoit le cueur failly, & reftoit tarie la fontaine de mes efprits animaulx. »

Des poursuites ordonnées par le parlement suspen- dirent momentanément la vente de l’ouvrage qui, néan- moins, reprit bientôt son cours. Mais les incertitudes et les obscurités qui avaient enveloppé le berceau de Ra- belais, s’épaississent de nouveau autour de sa tombe. Sa mort paraît toutefois devoir être rapportée à l’année I f n * Quant au lieu de sa sépulture, le plus sage semble de s’en tenir à l’opinion de Colletet, qui termine ainsi la biographie de Rabelais :