Page:Rabelais ou imitateur - Le Disciple de Pantagruel, éd. Lacroix 1875.djvu/68

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Comme Panurge fist renverser les Warlouphes, comme l’on faict ung brodequin ou les chausses des femmes et comme son grand pere avait voulu faire paingdre ses armes de trois pedr volans.

CHAPITRE XVII.


OU depuis, nous fusmes quelque temps vagans sur la mer, sans avoir aulcun infortune ; mais tantost aprés nous l’eusmes bien grande et bien merveilleuse, car la tourmente se leva si horrible que nous fusmes jectez entre les Syrtes, qui sont les plus grands et énormes perilz de toute la mer, au moyen desquelz nostre nef fut brisée et rompue en plusieurs endroictz : car, comme nous pensions éviter l’énorme péril de Caribdis, nous tombasmes en celluy de Scilla, auquel nous fusmes si fort agitez des undes de la mer qui s’eslevoient plus hauls, sans comparaison, que nostre navire, de sorte que nous pensions estre tous mors et noyez.

Et lors que je vys que la tourmente ne cessoit point, je priay à mes gens qu’ilz se missent tous en prière et oraison, et qu’ilz jeunassent trois jours et trois nuictz comme ceulx de Ninive : c’est assavoir le premier et le second jour à feu et à