Page:Rabelais ou imitateur - Le Disciple de Pantagruel, éd. Lacroix 1875.djvu/77

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


D’une isle où croissent les corbeaulx et les chèvres verdes, et de quelle sorte les gentilhommes du pays font des manteaux pour se couvrir quand il pleut, et comme en fin lesdictes chèvres deviennent femmes.

CHAPITRE XX.


ENTRE les merveilles de par delà, c’est qu’il y a de grandz corbeaulx noirs, aussi blancs que signes, qui vivent en l’aer comme vaches, qui est une chose digne d’admiration.

Et d’advantaige, il y a foison de chèvres verdes, qui ont les aureilles plus larges que les vens dont on venne le bled.

Quand il pleut ou qu’il gresle, ceulx qui les meinent paistre se cachent dessoubz, de peur d’estre mouillez de la pluye.

Elles sont cornues, mais elles ont la corne au cul soubz la queue, qui n’est pas droictement en bon sens.

Quand elles voyent les gens, elles s’enfuyent de peur, et courent fort comme escrevices ou limassons es montaignes d’Auvergne.

Quand elles sont vieilles, les gentilz hommes du pays leur font coupper les aureilles et en font des manteaux qui sont fort beaux, car ilz