Page:Rabelais ou imitateur - Le Disciple de Pantagruel, éd. Lacroix 1875.djvu/89

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Des isles où n’y a point de femmes, et comme, quand les habitans du pays sont fort vieulx et ennuyé de vivre, on les boute dedans ung grand tonneau de malvoysie doulce comme succre, et là meurent doulcement, et comme, après qu’ilz sont morts, l’on en refaict d’aultres jeunes gens.

CHAPITRE XXVII.


Es n’y a point de femmes, pource que l’on n’y en a que faire, ny pour porter enfans, ny pour tirer les vaches, à cause dudict fleuve de laict et de la montaigne de beurre frais que y sont ; ny pour faire vendanges, car il n’y a nulles vignes, à cause des fleuves de vin qui passent parmy, et tout atravers, et du long du pays depuis un bout jusques à l’aultre.

Hy a d’advantaige esdictes ysles une fontaine grande et merveilleuse de laquelle sourt la malvoysie la plus exquise et la plus friande qui fut jamais beue.

Et quand les bonnes gens du pays sont si vieilz qu’ilz sont ennuyez de vivre, l’on emplyst une pippe dudict vin, qui est si doulx que rien plus, et les mect on mourir dedans, aflin qu’ilz