Page:Racan Tome I.djvu/274

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


différences dans le fond des pensées comme dans l’expression. Elle offre enfin de remarquables beautés ; l’on y trouve, entre autres, la magnifique strophe :

II voit ce que l'Olympe, etc.,

dont Malherbe fut jaloux. — Voyez la Notice.