Page:Racine - Les Plaideurs, Barbin, 1669.djvu/100

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

Savez-vous que j’étais un compère autrefois ?
On a parlé de nous.

ISABELLE

On a parlé de nous. Ah ! Monſieur, je vous crois.

DANDIN

Dis-nous : à qui veux-tu faire perdre la cauſe ?

ISABELLE

À perſonne.

DANDIN

À perſonne. Pour toi je ferai toute choſe.
Parle donc.

ISABELLE

Parle donc. Je vous ai trop d’obligation.

DANDIN

N’avez-vous jamais vu donner la queſtion ?

ISABELLE

Non ; & ne le verrai, que je crois, de ma vie.

DANDIN

Venez, je vous en veux faire paſſer l’envie.

ISABELLE

Hé ! monſieur, peut-on voir ſouffrir des malheureux ?

DANDIN

Bon ! Cela fait toujours paſſer une heure ou deux.

CHICANEAU

Monſieur, je viens ici pour vous dire…

LÉANDRE

Monſieur, je viens ici pour vous dire… Mon père,
Je vous vais en deux mots dire toute l’affaire :
C’eſt pour un mariage. Et vous ſaurez d’abord