Page:Rameau - Notes historiques sur la colonie canadienne de Detroit, 1861.djvu/65

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de quelques réunions utiles pour vos intérêts communs, des occasions de vous rapprocher et de vous entendre — chaque paroisse pourrait avoir ici ou à Sandwich un délégué, et ces délégués formant le comité central de la société de St. Jean-Baptiste, pourraient vous engager à vous réunir en cas de besoin, et donner dans chaque paroisse en bien des circonstances des avis utiles pour une action commune et la bonne entente de vos intérêts.

Cette société si elle était une fois fortement établie ici, pourrait se ramifier alors de l’autre coté de la rivière, si vous êtes des patriotes zélés, quelques uns d’entre vous pourraient aller dans ces paroisses françaises qui doivent vous être doublement chères, car non seulement ce sont des Canadiens Français, mais la plupart sortent des mêmes familles que vous, ces familles s’étant doublées de l’un et l’autre côté du Détroit ; et là en établissant la même société et les mêmes fêtes, ranimer parmi eux l’esprit et le sentiment national avec plus d’énergie et plus de ressort.

Quoi de plus facile, pour quelques-uns de vos jeunes gens, d’aller quelquefois passer un jour de fête dans les paroisses américaines ; là ils causeront avec les gens, les rassembleront, réveilleront chez eux la voix du sang et de la patrie ; ils pourront les amener à se réunir