Page:Rameau - Notes historiques sur la colonie canadienne de Detroit, 1861.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Je vous suggérerai même à ce sujet une idée qui a été mise en œuvre dans le Bas-Canada avec un plein succès, — c’est celle de la société et de la fête de St. Jean-Baptiste. — St. Jean-Baptiste est le patron du Canada, et sa fête est un jour de réunion et de réjouissance pour les Canadiens, non seulement dans leur pays mais partout à l’étranger où ils se trouvent réunis en certain nombre, comme j’ai pu m’en convaincre en divers lieux aux États-Unis. L’idée et la pratique en sont fort simples comme pour toutes les idées utiles, vous pourriez dans chaque paroisse choisir 5 ou 6 personnes qui seraient chargées de veiller chaque année à la célébration de cette fête, et à en organiser convenablement les cérémonies et la procession — chacun contribue a apporter de la verdure et des fleurs, on se réunit à l’Église pour entendre la messe patronale, que l’on fait suivre d’une procession au dehors, pour le soir un repas commun, simple, mais animé par la gaiété française et l’entrain du patriotisme, réunit tous les membres de la société — chaque année de cette façon, tous viennent placer sous la protection de Dieu leur nationalité et l’amour de la patrie, réunissant dans leurs prières et sous la bénédiction divine ces deux idées essentielles de l’humanité, religion et patrie.

Vous y trouveriez en même temps l’occasion