Page:Raynal - Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes, v1.djvu/146

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
Histoire philosophique
124

contradiction avec les devoirs. Pour ſuivre le nouvel ordre moral, il faudra ſans ceſſe faire violence à l’ordre phyſique. Ce combat perpétuel fera naître dans les mœurs les contradictions les plus étonnantes ; & la nation ne ſera plus qu’un aſſemblage de malheureux, qui paſſeront leur vie à ſe tourmenter tour-à-tour, en ſe plaignant de la nature. Voilà le tableau de tous les peuples de la terre, ſi vous en exceptez peut-être quelques républiques de ſauvages. Des préjugés abſurdes ont dénaturé par-tout la raiſon humaine, & étouffé juſquà cet inſtinct qui révolte tous les animaux contre l’oppreſſion & la tyrannie. Des peuples immenſes ſe regardent de bonne foi comme appartenans en propriété à un petit nombre d’hommes qui les oppriment.

Tels ſont les funestes progrès de la première erreur que l’impoſture a jettée ou nourrie dans l’eſprit humain. Puiſſent les vraies lumières faire rentrer dans leurs droits, des êtres qui n’ont beſoin que de les ſentir pour les reprendre ! Sages de la terre, philoſophes de toutes les nations, c’eſt à vous ſeuls à faire des loix, en les indiquant à vos concitoyens. Ayez le courage d’éclairer vos