Page:Raynal - Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes, v1.djvu/147

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
des deux Indes.
125

frères ; & ſoyez perſuadés que ſi la vérité eſt plus lente à ſe répandre & à s’affermir que l’erreur, elle eſt auſſi plus ſolide & plus durable. Les erreurs paſſent & la vérité refte. Les hommes intéreſſés par l’eſpoir du bonheur, dont vous pouvez leur montrer la route, vous écouteront avec empreſſement. Faites rougir ces milliers d’eſclaves ſoudoyés, qui ſont prêts à exterminer leurs concitoyens, aux ordres de leurs maîtres. Soulevez dans leurs âmes la nature & l’humanité contre ce renverſement des loix ſociales. Apprenez-leur que la liberté vient de Dieu, l’autorité des hommes. Révélez tous les myſtères qui tiennent l’univers à la chaîne & dans les ténèbres ; & que s’appercevant combien on ſe joue de leur crédulité, les pleuples éclairés tous à-la-fois, vengent enfin la gloire de l’eſpèce humaine.

Outre les indigènes, les Portugais trouvèrent encore dans l’Inde des mahométans. Quelques-uns y étoient venus des bords de l’Afrique. La plupart étoient les deſcendans d’Arabes, qui avoient fait dans ces régions des établiſſemens ou des incurſions. La force des armes les avoit rendus les maîtres de