Page:Raynal - Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes, v1.djvu/66

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
44
Histoire philosophique

Qu’eſt-ce que cette iſle qu’on ne retrouve plus ? qu’eſt-elle devenue ? Platon nous l’apprendra peut-être.

Voici ce que Critias dit à Socrate dans le Dialogue intitulé Timée. « Solon étoit l’ami intime de Dropidas notre aïeul. Dropidas regrettoit beaucoup que les affaires publiques euſſent détourné Solon du penchant qu’il avoit pour la poéſie, & l’euſſent empêché de finir ſon poème ſur les Atlantides. Il en avoit apporté le ſujet de ſon voyage d’Égypte. Solon diſoit que les habitans de Sais, ville ſituée à la tête du Delta, à l’endroit où le Nil ſe divife en deux branches, ſe croyoient iſſus des Athéniens dont ils avoient conſervé la lance, l’épée, le bouclier, & les autres armes. Il attribue à cette opinion les honneurs qu’il reçut des Saltiques. Ce fut-là que ce légiſlateur, poëte & philoſophe, conférant avec les prêtres, & les entretenant de Promëthée, le premier des hommes, de Niobé, du déluge de Deucalion, & d’autres traditions pareilles, un prêtre s’écria : ô Solon, Solon ! vous autres Grecs, vous êtes encore des enfans. Il n’y a pas un ſeul vieillard