Page:Raynal - Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes, v1.djvu/65

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
43
des deux Indes.

« Après avoir parcouru les iſles voiſines des colonnes d’Hercule, nous allons parler, dit le premier, de celles qui l’ont plus avancées dans l’Océan, en tirant vers le couchant. Dans la mer qui borde la Lybie, il en eſt une très-célèbre éloignée du Continent de pluſieurs jours de navigation ».

Diodore s’étend enſuite ſur la population, les mœurs, les loix, les monument, la fécondité de cette iſle. Puis il ajoute :

« Les Phéniciens, dans les tems les plus reculés, en rirent la découverte. Ils franchirent les colonnes d’Hercule, & naviguèrent dans l’Océan. Proche les colonnes d’Hercule, ils fondèrent Gadeïra ou Cadix. Ils avoient parcouru les mers au-delà des colonnes, & rangé celles de la Lybie, lorſqu’ils furent ſurpris d’une violente tempête qui les jetta dans la haute mer, en plein Océan. Après un mauvais tems qui dura pluſieurs jours, ils touchèrent à l’iſle dont il eſt queſtion. Ils publièrent la relation de ce voyage. Ils projettèrent un établiſſement dans cette contrée nouvelle : mais les Carthaginois s’y oppoſèrent, dans la crainte que le pays ne ſe dépeuplât ».