Page:Raynal - Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes, v1.djvu/93

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
des deux Indes.
71

du Muſulman & l’ami de l’Indien ; le compagnon du Chrétien & le confident du Juif. Les hommes qu’il a doués d’une ame élevée ne voient dans les contrariétés des ſectes & la diverſité des cultes religieux, qu’un des effets de la richeſſe qu’il a déployée dans l’œuvre de la création.

Le principe de la vérité, ou l’être fuprême, avoit formé la terre & les cieux, l’eau, l’air & le feu, lorsqu’il engendra Brama. Brama eſt l’eſprit de Dieu. Il eſt abſorbé dans la contemplation de lui-même. Il eſt préſent à chaque partie de l’eſpace. Il eſt un. Sa ſcience eſt infinie. Elle lui vient par inſpiration. Son intelligence comprend tout ce qui eſt poſſible. Il eſt immuable. Il n’y a pour lui, ni paſſé, ni préſent, ni futur. Il eſt indépendant. Il eſt ſéparé de l’Univers. Il anime les opérations de Dieu. Il anime les vingt-quatre puiſſances de la nature. L’œil reçoit ſon action du ſoleil, le vaſe du feu, le fer de l’aimant, le feu des matières combuſtibles, l’ombre du corps, la pouſſière du vent, le trait du reſſort de l’arc, & l’ombrage de l’arbre. Ainſi, par cet eſprit, l’Univers eſt doué des puiſſances de la volonté & des