Page:Raynal - Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes, v3.djvu/430

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
422
Histoire philosopnique


pité au tombeau des générations innombrables. Sans doute , vos ferouches foldats fe fouillèrent trop fouvent d’un fang innocent ; fans doute , vos fanatiques mifTionuaires ne s’oppofèrent pas à ces barbaries comme ils le dévoient ; fans doute , une tyrannie inquiète, une avarice infatiable enlevèrent à cette infortunée partie du Nouveau- Monde beaucoup de fes foibles enfans : mais vos cruautés furent moindres’que les hifloriens de vos ravasjes n’ont autorifé les nations à le penfer. Et c’efl moi , moi que vous regardez comme le détrafteur de votre caradère , qui même en vous accufant d’ignorance & d’impofture, deviens, autant quilfe peut, votre apologiile.

Aimeriez-vous^niieux qu’on furfit le nombre de vos affaffinats, que de dévoiler votre flupidité & vos contradidions ? Ici , j’en attelle le ciel , je ne me fuis occupé qu’à vous laver du faug dont vous paroifTez glorieux d’être couverts ; & par-tout ailleurs où j’ai parlé de vous , que des moyens de rendre à votre nation fa première fplendeur & d’adoucir le fort des peuples malheureux qui vous font fournis. Si vous me découvrez