Page:Reclus - L'Homme et la Terre, tome III, Librairie universelle, 1905.djvu/157

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
141
mariage selon le rig-veda

comme agissant sur l’homme d’une manière sympathique, fraternelle : la jeune fille se croit vraiment la sœur de tel ou tel arbuste, et celui qu’elle aime est le frère de l’arbre superbe. Encore en mainte partie de la Péninsule, on croit que le manguier, l’oranger ne porteront point de fruits si la jeune fille n’en caresse le tronc de son pied ou de sa main : c’est par ce doux contact qu’elle fait s’épanouir les feuilles, pointer les boutons et mûrir les fruits.

D157- charmeurs de serpents a lunettes -liv2-ch12.png

Document communiqué par Mme Massieu.

charmeurs de serpents à lunettes


Elle est nécessaire à la vie des plantes, mais les plantes sont aussi nécessaires à la sienne. Quand elle se marie, elle paraît donc couronnée de fleurs, elle apporte des feuilles et des fruits dans sa main et fait plusieurs fois le tour de quelque arbre sacré, tandis que, de son côté, l’amoureux en vivifie un autre par ses gestes et ses embrassements. Solidaires de la nature,