Page:Reclus - L'Homme et la Terre, tome III, Librairie universelle, 1905.djvu/355

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
335
ostrogoths et visigoths


Musée de Cluny.Cl. Giraudon.
couronnes d’or des rois visigoths, viie siècle
en contact avec les civilisés des contrées méditerranéennes, ils devaient à leurs invasions même en Thrace, en Grèce, en Illyrie, en Italie, commencées dès le temps des Antonins, un adoucissement remarquable de leurs mœurs, en même temps que l’acquisition partielle des industries et des sciences du monde romain : destructeurs de la ville Éternelle, ils eurent l’ambition de continuer son œuvre. Un roi des Visigoths, Athaulf, devenu le beau-frère de l’empereur Honorius, se mit aussi à la tête de ses armées pour reconstituer l’empire d’Occident. Les Visigoths, au nom de Rome, reconquirent en effet la Provence, la Narbonnaise, l’Aquitaine, l’Espagne, et, bientôt après leur triomphe sur Attila, sous le règne d’Euric, ils avaient constitué un très grand royaume qui s’étendait du cours de la Loire aux colonnes d’Hercule, et leur appartenait bien en propre, malgré la suzeraineté apparente de Rome : seulement les Suèves réussirent, pendant quelques décades, à maintenir leur indépendance contre les Visigoths dans l’Ibérie orientale. L’idéal de romanisation était si vif et sincère chez les rois des