Page:Reclus - L'Homme et la Terre, tome III, Librairie universelle, 1905.djvu/435

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
415
religions de l’asie centrale

furent ceux de Fa-Hian, au commencement du cinquième siècle, et de Hiuen-Thsang (Hiouen Tsiang), dans la première moitié du septième, ne servirent guère qu’à réveiller les connaissances géographiques. Hiuen-Thsang est certainement l’un des plus grands voyageurs qui aient jamais vécu. Les érudits modernes ont identifié un certain nombre d’étapes de ses longues pérégrinations[1].

N° 281. Empire de Chosrav.
D435- N° 281. Empire de Chosrav. -liv3-ch3.png

Par une remarquable coïncidence, le royaume de Perse arrivait à l’apogée de sa puissance à l’époque même où l’empire d’Orient avait sa plus grande extension. Entre ces deux grands États, dont les peuples professaient des religions différentes, l’une et l’autre dans leur période de propagande agressive, la rivalité fatale devait souvent

  1. A. Stein, Report on a Journey… in Chinese Turkestan, 1901. — Pour plus de détails sur le même sujet, voir vol. IV, pages 166 et suiv.