Page:Reclus - L'Homme et la Terre, tome III, Librairie universelle, 1905.djvu/449

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
429
insoumission de l’arabe

aucun moment l’ensemble péninsulaire : le général d’Auguste, Aelius Gallus, envahissant l’Arabie, fut arrêté par une épidémie avant d’avoir pénétré bien loin ; quant à la sujétion politique des Arabes aux Osmanli, elle est toujours restée partielle et précaire.

N° 283. Premières Conquêtes des Arabes.
D449- N° 283. Premières Conquêtes des Arabes. -liv3-ch4.png

C’était la Tripoli de Barbarie (Tarabolos-el-Gharb), sur la côte d’Afrique, au sud de la Sicile, qu’il importait d’indiquer sur cette carte et non celle de Syrie (Tarabolos-ech-Chain).

Le grisé lâche s’applique à la péninsule Arabe supposée convertie à l’Islam avant 632, les hachures serrées recouvrent les territoires conquis par les Mahométans de 632 à 664, mais la plus grande partie de ces contrées était sous la domination arabe dès avant 644, lors de la mort du second successeur de Mahomet, le khalife Omar.


Et, par un phénomène bizarre, il se trouva que deux cents ans après que les paroles brûlantes de Mahomet eurent lancé les Bédouins à la conquête du monde et lorsque la civilisation dite « arabe » rayonnait au loin, les vrais « fils du désert » étaient devenus fort rares dans les armées envahissantes ; d’autres races asiatiques les y remplaçaient : surtout des Turcs et des Mongols. La plupart des Arabes que n’avait pas dévorés la guerre triomphante revinrent dans la péninsule d’origine, échappant ainsi au