Page:Reclus - L'Homme et la Terre, tome III, Librairie universelle, 1905.djvu/519

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
499
les normands en grande-bretagne

et du pays voisin, dans la Haute Ecosse, dit encore en souvenir d’eux Sutherland (Sudrland) ou « Terre du Sud », ce furent les Danois qui s’établirent sur les côtes d’Angleterre, où ils semblent avoir agi plus en civilisateurs qu’en conquérants. Canut (Knut), qui régna simultanément sur la terre des Scandinaves et sur celle des Bretons et des Angles, a laissé un renom de justice et de sagesse qui témoigne du moins en faveur de la civilisation dont il était le représentant.

D519 - côte occidentale de iona -liv3-ch5.jpg

Cl. Kuhn.

côte occidentale de iona

Maîtres des mers britanniques, les Normands avaient aussi pénétré fort avant dans les estuaires et les fleuves de l’Europe continentale. Pendant trois quarts de siècle, de 820 à 891, ils avaient ravagé toute la région maritime des Pays-Bas, utilisant avec méthode les diverses bouches des trois fleuves, Rhin, Meuse, Escaut, pour visiter successivement les diverses contrées de l’intérieur et « mettre dans leurs dévastations tout le soin d’opérations commerciales bien conduites »[1]. Ils en arrivent même à fonder près de Maestricht, à Elsloo[2], en 881, une sorte de camp retranché d’où ils font maintes sorties vers les cités et les monastères du pourtour et dans lequel ils entassent leur butin.

  1. H. Pirenne, Histoire de Belgique, p. 37.
  2. Voir Carte n° 293, p. 477.