Page:Reclus - L'Homme et la Terre, tome III, Librairie universelle, 1905.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion
48
l’homme et la terre. — orient chinois

car les peuples, incapables de retenir dans leur mémoire les millions de progrès partiels réalisés par des millions d’hommes, leurs ancêtres, ne manquent jamais de tout résumer en un seul nom, devenu le représentant de leur génie collectif. Or, très probablement, les émigrants occidentaux avaient fait leur entrée dans le Royaume Fleuri par les frontières du Nord-Ouest très peu de temps auparavant. À l’égard du lieu d’immigration des civilisateurs, les traditions sont unanimes. Les Chinois policés pointent, non vers les montagnes pour indiquer la direction de leur patrie d’origine, mais vers la province de Kansu et la « Porte du jade ». C’est en effet par cette route que vinrent les conquérants de la Chine, ainsi que Terrien de la Couperie l’a démontré avec force preuves à l’appui dans ses ouvrages, admirables de science et de pénétration, mais de forme incohérente et de style confus [1].

Les immigrants dont il s’agit sont désignés dans les annales sous le nom générique de Bak-Sing, appellation qu’on traduit d’ordinaire par celle de « Cent familles », et d’ailleurs, tel est bien le sens que lui donnent la plupart des Chinois d’aujourd’hui. On rattache volontiers à cette interprétation l’idée que les nouveaux venus se groupaient en communes, analogues aux hundreds des Anglo-Saxons ; peut-être aussi le mot « Cent », comme celui de « Mille » ou de « Dix Mille », n’aurait-il qu’une signification vague pour indiquer le « grand nombre ». Toutefois, d’après Terrien de la Couperie, ce nom de Bak serait vraiment un nom propre et il faudrait négliger la traduction usuelle. Les Bak-Sing ou les « Familles de Bak » seraient les représentants du peuple des Bak qui vivaient autrefois en Chaldée, sur le bas fleuve de l’Euphrate, et qui, dans leurs diverses étapes, auraient laissé leur nom à beaucoup de villes et de lieux, tels que les Bac-tres, Bac-triane, Bak-tyari, Bag-istun, et persistant encore en Bag-dad. Conformément à cette hypothèse, les Bak seraient les mêmes que les Sag-gigga ou les « Hommes à tête noire » dont parlent les annales chaldéennes et qui sont également mentionnés en Chine comme constituant le type dominant.

Suivant cette hypothèse, les Bak de la plaine potamique auraient d’abord émigré vers la Susiane, où ils seraient restés longtemps sous la puissance de rois portant le titre de « Nakhonte ». Ensuite ils

  1. Early History of Chinese Civilisation, 1880 ; — Articles disséminés dans Oriental and Babylonian Record, de 1887 à 1893.