Page:Reclus - La Coopération, ou Les nouvelles associations ouvrières dans la Grande-Bretagne.djvu/73

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
73
ASSOCIATIONS OUVRIÈRES DANS LA GRANDE-BRETAGNE.

on a fortement recommandé un congrès des délégués Coopérateurs, se réunissant après la clôture trimestrielle des comptes. On aurait un admirable modèle, celui de la Conférence annuelle des Méthodistes, instituée il y a une centaine d’années déjà par John Wesley, qui, pour être un fondateur de secte, n’était nullement un sectaire, mais un homme droit et sincère, doué d’une rare éloquence et d’une faculté d’organisation tout à fait exceptionnelle. N’eussent été les synodes qui lui donnaient un centre et un élasticité vitale, la Société Wesleyenne aurait sans doute été déchirée par les dissensions intestines, ou bien étouffée par les influences personnelles et locales. S’immobilisant par ici, mais par là se précipitant en avant, elle se fût fractionnée, elle eût probablement cessé d’exister depuis longtemps.

Au groupement des Stores correspondrait celui des manufactures. Ainsi juxtaposés, il n’est pas concevable que les centres de la production et de la consommation restassent isolés ; il n’est pas concevable que ces deux fonctions existant l’une pour l’autre et l’une par l’autre, comme le sang artériel et le sang veineux, ne se réunissent pas finalement dans un cœur, organe commun.


Très-certainement, il ne s’agit point ici de rêveries d’utopistes, et les perspectives qui de ce côté nous sont ouvertes sur l’avenir n’ont rien de fantastique. Est-il donc si étonnant que la logique des choses triomphe à la fin ? Est-il si étonnant que, mis jadis en hostilité par une organisation vraiment barbare, les intérêts de la production et ceux de la consommation, qui au fond sont identiques, fusionnent dès qu’ils auront pour seul et unique représentant le plus grand producteur et le plus grand consommateur, le peuple, l’Homme Million, comme l’appellent les Anglais ?

Mais nous avons beau apercevoir avec netteté la réalisation future de cette grande réforme, nous nous souvenons que, dans les paysages de montagnes, on se trouve souvent en face de rochers que l’on croirait pouvoir atteindre d’un jet de pierre, et dont la distance est cependant mesurée par kilomètres. La logique est prompte. Irrésistible comme elle, la marche des événements est toutefois d’une lenteur inflexible ; car une transformation de la molécule nationale, un déplacement du centre de gravité économique ne s’effectuent pas en un jour !

La Coopération doit exercer sur le peuple une influence bienfaisante : d’une part, dans les Stores, par la diminution du prix des objets de consommation ; d’autre part, dans les manufactures, par une égalisation des prix de main-d’œuvre, et, par conséquent, par une plus équitable répartition des produits. Mais qu’on ne s’y trompe pas ; la Coopération a beau être simple et merveilleusement féconde : à elle seule, elle ne suffirait pas pour produire tous ces beaux résultats, si elle n’était pas vivifiée par un esprit de fraternité. On l’a bien vu à Rochdale, alors que des ouvriers éblouis par de gros bénéfices, plus ou moins exceptionnels, se