Page:Reclus - Le Rhin français.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Élargir la France jusqu’à ce « père des eaux », c’est nous donner des sûretés contre ceux auxquels il faudrait appliquer le superlatif de barbares, si vraiment barbarissime n’affaiblissait pas le mot simple dans le sens qui lui enlève la simplicité des primitifs et qui évoque toute idée de goujaterie et de cruauté.


VII. Devrons-nous le Rhin à la race, à l’histoire ?

Écartons aussitôt la race, par la raison qu’il n’y a plus de races, mais seulement des religions ou religiosités, des idées communes, des sentiments communs, des civilisations plus que