Page:Reclus - Le Rhin français.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


séculaires, voire millénaires, comme la chinoise ou la gréco-latine.

Écartons aussi l’histoire ; à tout le moins ce que nous en balbutient les annales des temps éloignés.

Sans doute César et Tacite ont dit que le Rhin sépare les Gaules de la Germanie. Mais qu’était-ce que les Gaulois, qu’était-ce que les Germains ? Comment ces peuples se confrontaient-ils ou s’entremêlaient-ils ?

Les Celtes, les Gaulois, les Kymris n’étaient certes pas de race intègre ; ils étaient plaqués sur des Ligures, et ceux-ci plaqués antérieurement sur d’autres espèces d’hommes. Il n’y avait pas encore de terriens solidement ancrés dans le sol ; les tribus se combattaient, se pénétraient, se renouvelaient, mais les éléments antiques représentés par les femmes reprenaient toujours le dessus avec les