Page:Reclus - Le Rhin français.djvu/30

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


conscriptions se jugea protégé plutôt qu’annexé. Il demanda par pétition une incorporation plus complète lui donnant tous les droits et privilèges des Français de France.

Dans les quatre départements, Sarre, Mont-Tonnerre, Rhin-et-Moselle, Roer, les villes votèrent avec enthousiasme, Mayence en tête. Peu de cantons se montrèrent indifférents ; il n’y en eut aucun d’hostile, et la majorité fut superbe.

Depuis lors, le Rhin a versé une mer à la mer. Cent ans de souveraineté teutonne, les déroutes de 1813, 1814,1815, les triomphes insolents de la Prusse ont évidemment fort accru le prestige de Berlin, fort diminué l’attirance de Paris. Mais sans doute toute cette sympathie n’est pas morte partout ; elle ne l’était pas du moins après 1830, voire après 1848.