Page:Reclus - Le Rhin français.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à la boucherie 500,000 à 600,000 hommes ; mais il n’y a pas que des Français avec moi ; des Allemands, des Polonais, des Italiens partageront l’honneur de mes victoires. — Alors la fière Deutschland le suivait, l’oreille basse. — Je n’expose donc qu’à moitié mon peuple. »

Pour remonter à plus de deux mille années en arrière, Alexandre le Grand, partant pour la conquête des Indes « afin d’être loué par les Athéniens », n’exposait en fait de Macédoniens que les 16,000 hoplites de sa phalange.

Quand Louis XIV, tellement admiré, puis si décrié depuis de l’autre côté du Rhin, partait en guerre, il ne mettait en ligne que de petites armées où ses gentilshommes menaient galamment au feu autant ou plus d’Irlandais, de Suisses, de mercenaires,