Page:Reclus - Le Rhin français.djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ment ibérien et d’entêtement indien et dont l’accroissement annuel est relativement très supérieur à celui du « pays qui est au-dessus de tout dans le monde ».

Voilà, nous Français, comment nous traite l’Iroquois Reimer, qui n’a pas honte de proposer l’expropriation, l’émasculation des nôtres, et toute mesure propre à favoriser la stérilité de nos familles pour faire place aux familles allemandes : pensions à partir d’un certain âge à tout ménage français sans enfants ; pensions à ceux qui seront restés célibataires ; avantages faits au clergé catholique et aux couvents qui, par définition, ne se propagent pas par voie naturelle ; faveurs octroyées aux maisons de prostitution qui détournent la sève de son droit chemin et, finalement, font œuvre de stérilité ; transport des