Page:Reclus - Le Rhin français.djvu/6

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


jusqu’à se croire dores et déjà la maîtresse du monde.

Alors elle visa délibérément le Maroc. S’en emparer, c’était humilier l’Angleterre, abaisser la France, conquérir tôt ou tard, et sans doute avant longtemps, l’Algérie, la Tunisie, Bizerte, dominer la Méditerranée. C’était aussi, avant beaucoup d’années, le Transsaharien que les Français avaient follement négligé de tracer entre l’Atlas et le Soudan, puis la conquête du Niger, puis le Congo, déjà menacé par le Caméron.

Cette concupiscence effrontée se cacha quelques années, puis apparut au grand jour. C’est là surtout que le Soltan-el-Brouz [1], mandataire de son peuple, nous a le plus exaspérés. Sottement d’ailleurs, puisqu’il nous a fait

  1. Le Sultan des Prussiens, l’empereur d’Allemagne.