Page:Recueil des Historiens des Gaules et de la France, tome1.djvu/181

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PRIVILEGE DU ROY.


Louis par la grace de Dieu, Roy de France et de Navarre : A nos amez et féaux Conseillers les Gens tenant nos Cours de Parlement, Maîtres des Requêtes ordinaires de notre Hôtel, Grand Conseil, Prévôt de Paris, Baillifs, Sénéchaux, leurs Lieutenans Civils, et autres nos Justiciers qu’il appartiendra, Salut. Notre bien-amé Jean-Baptiste Coignard fils, l’un de nos Imprimeurs ordinaires et de notre Académie Françoise, Libraire à Paris, Nous a fait exposer qu’il est sur le point d’entreprendre l’impression d’une Collection des Historiens de France depuis l’origine de la Nation : Et comme cet Ouvrage, autant utile à la République des Lettres, que glorieuse à notre Royaume, engagera l’Exposant dans des dépenses considérables, il nous a très-humblement fait supplier de vouloir bien, pour l’aider à supporter les frais d’une si grande entreprise, lui accorder nos Lettres de Privilege, tant pour l’impression dudit Livre, que pour la réimpression de plusieurs autres dont les Priviléges sont expirés ou prêts à expirer ; offrant pour cet effet de les imprimer ou faire réimprimer en bon papier et beaux caractères, suivant la feuille imprimée et attachée pour modèle sous le contrescel des Presentes. A ces causes voulant favorablement traiter ledit Coignard, et encourager par son exemple les autres Libraires et Imprimeurs à entreprendre des éditions utiles pour l’honneur de la France et le progrès des Sciences ; Nous lui avons permis et accordé, permettons et accordons par ces Présentes d’imprimer ladite Collection des Historiens de France depuis l’origine de la Nation ; et de faire réimprimer les Livres intitulés : Montfaucon Palæographia Græca, et Origenis Hexapla, le Chemin royal de la Croix, les Œuvres du P. Pezron, la Bibliothèque historique de la France du P. le Long, les Actes des Martyrs de Dom Ruinart, les Livres d’Eglise à l’usage de l’Ordre de S. François, les Retraites, Reflexions et Heures du P. Croiset Jesuite, le Dictionnaire des Cas de Conscience par les Sieurs de Lamet et Fromageau, la Science de la Chaire, ou Dictionnaire Moral, les Discours Moraux en forme de Prônes, avec les Eloges des Saints, l’Histoire abregée de la France par Chalons, Institutions Ecclésiastiques et Bénéficiales du Sieur Gibert, Institution au droit François par Dargou, le parfait Maréchal de Soleysel, Theologia Petrocorensis, Histoire Romaine d’Echard, et Histoire Grecque de Stanian, Prônes de Joly, Education des Filles par le sieur de Fenelon, Histoire Ecclesiastique pour servir de continuation à celle de Fleury, avec l’Abregé de ladite Histoire, Sermons de Bourdalouë et de la Ruë, Homere traduit par Dacier, les Romans de la Rose et des Amadis, Elemens de l’Histoire par de Vallemont, Traduction des Œuvres d’Horace par Tarteron, Description de Paris par Brice, le Jardinier solitaire, Traité des Saignées de Silva, l’Œconomie animale par Helvetius, et l’Architecture de Daviler, en tels volumes, forme, marge, caractéres, conjointement ou séparément, et autant de fois que bon lui semblera, et de les vendre, faire vendre et débiter par tout notre Royaume, pendant le temps de vingt années entières et consécutives, à compter de la date des Présentes, et de l’expiration des précédens Priviléges : Faisons défenses à toutes sortes de personnes de quelque qualité et condition qu’elles soient, d’en introduire d’impression étrangere dans aucun lieu de notre obéissance : comme aussi à tous Imprimeurs, Libraires, et autres, d’imprimer, faire imprimer, vendre, faire vendre, débiter, ni contrefaire lesdits Livres ci-dessus spécifiés en tout ni en partie, ni d’en faire aucuns extraits, sous quelque prétexte que ce soit d’augmentation, correction,