Page:Recueil des Historiens des Gaules et de la France, tome1.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
xxiv
PRÆFATIO.


Langue Celtique qui étoit celle des Gomerites. C’est de ces mêmes Parthes que sont venus les Perses. Après cela le P. Pezron n’est pas surpris de trouver un grand nombre de mots Celtiques dans la Langue des Perses : ceux-ci les ont reçus des Parthes, les Parthes des Gomerites, auxquels les Celtes doivent leur origine.

Les Gomerites bannis, appellés Parthes, pour se venger de ceux qui les avoient chassés, leur donnérent le nom de Saques, qui veut dire larrons, brigands. Voilà l’origine des Saques, selon le P. Pezron, qui en cela, comme dans les autres choses qu’il forge à plaisir, ne mérite aucune créance : mais continuons de l’écouter. Les Gomerites appellés Saques s’étant trop multipliés, menèrent des Colonies en différentes parties de l’Asie. Les Saques, dit Strabon, se sont rendus maîtres du meilleur pays de l’Arménie, auquel ils ont donné le nom de Sacasene. Isidore l’appelle la Sacastene, c’est-à-dire, pays des Saques : car stan et tan signifie pays en Langue Celtique. Ce qui prouve clairement, à ce que prétend D. Pezron, que la Langue des Saques ou des Gomerites est la même que celle des Celtes. Les Saques n’occupérent pas seulement l’Arménie ; mais, suivant le même Strabon, ils s’avancèrent dans la Cappadoce, et principalement dans la partie qui est proche du Pont Euxin, et qu’on appelle Pontique. Les Saques donc établirent une florissante Colonie dans les contrées de la Cappadoce, arrosées par l’Iris et le Thermodon. Mais quel fut le chef de cette Colonie ? vous le chercherez inutilement dans les anciens Auteurs : le P. Pezron que rien n’arrête, vous le trouvera sur le champ, et sans se donner de grands mouvemens. Ce