Page:Recueil des Historiens des Gaules et de la France, tome14.djvu/115

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ex

PRÆFATIO

P»P*'H>P- res ecclesiasticas et morum correctionem versentur, prceslantiut uttdecimi saculi manumentum est illud quod vocan/ regittmm, seu dpcr<‘toriumGregonanutn,tn libros undecim, pro numéro annorum illius ponli/icatûs, distributum : ex qi/ibut septern primos intégrât habemus, ret gestas ab anm 073 usque ad verleniem annum 1080 complectenles. Liber primus epistolas habet 85, secundta epist. 77, (erOuj epitt. 21, çuar/ui epist. 28, quintut episl. 23, seœtus epitt. 40, teplimus epist. 28 : his omnibus affixa indiclio et dies mentit. Oclavus continel episl. 23, nonur epist. 34 ; sed abtque chronieis notis, vel cum sola designatione mensis. Liber deeimus etundecimiu omnino vacant. Porrà epistola ilUe qua libris oclavo et nono continentur, tam ad superiores tfuàm ad subséquentes pontificatûs Gregorii annos fterlinenf. .Mmirum obsessd et armis Henrici IV Imperatoris projligatà per illad tempus urbe Homd, interruptum fuit regis-’ truni : rui pastliminio addiUe tunl epistola illa qua recuperari potuere. Aon solùm autem suis eas reddidimus annis, sed alias prœterea singulis libris inseruimus, quotqitoi de rebus Francicis per sucredenlta tempora è pluteis eruere viri de re lileraria bene meriti. Selectas Ilaque 104 Gregorii VU epistolas reprasenlamus.

GAVA, .kequilur appendix epislolarum I.iik’Ujo m undectm de primatu ecclesia Lugdunensi con-' 7>'>'vor ;o Papa II, vel, ut aliis placet, ’Il |. iî()7. rcshluloaniio super quatuor Lugdunenses provincias , id est , Lugdunensem primam , floimnagensem secundam, Turonensem tertiam, Senonensem quartarn : e.v quibus inlelligilur Gehuinum Lugdunensem arrhiepiscofmm, cum se quasi virar.ium apostolicæ sedis vi novi privilegit existimarel, auctoritatem Amati Eltorensis epriropi, rui Gregorius vires suas in provincia Turonensi commiseral, e.r obliqua tabefarlare molitum esse, sed inani conamine.

Imm.i n . j.,s- CI.WI. Epistularum I rbani II Pajtx, u ’i’atV"’"f’rtiftanno 1088 usque ad annum I0‘»0, 117Vt’tdesrnplumotim fui.sie volumen seu rcgistnuii, tlludque anno 1259, tenii>ore Gregorii l, ,tin archiva i atirano servalum fuisse demonstravimus in monilo epislolis l rbani -pravio. .M nunr dejterditiim volumen illud. Eam nos larturum rrsarrire quoad res Friinricasciipienm, epistolas ejus 81, variis in libris roiiqiiisiliis, in unum rollegimiis rl ordine suo collornrimiis, invesligato illarum tempore, o/>e liiiltal’inim diplomalum quorum chronicas no- ,tlas in gestis à nobis priùs adomatis descripsimiis. Porro, ne in errorem tahremiir, altenilendum fuit ad morem ‘ilium mcipiendi-anni qiiein rocant Pisanànim, qui, annum incipientes à die 25 martii ante kàl. Januarii, annos ridqnres mensibus novem pravrrtuni : quem Inornn quandoque, præsertim ab anno 1095, m .SUIS diplonialibus induxit Urbanus II, et pleriquesuccessoresejus tecujisunl. Incipiendœ ne traitent que d’affairea ecclésiastiques et ^ fa correction drê moeurs, c’est un des plus prêciemt monumeiis du xi.* siècle, ce qu’oo appelle le registre des lettres de Grégoire VII, qui est en onze livres, à raison de la dlirée de aon pontificat , un livre pour chaque année. De ces orne livres nous n’avons d’entiers que les sept premiers, contenant les expéditions de la chancellmie depuis l’année 107.3 jusque vers la tin de l’année 1080. I.e premier renferme 85 lettres, le second 77, le troisième 21, le quatrième 28, le cinquième 23, le sixième 40, le septième 28 ; et toutes ces lettres ont une date certaine, désignée par l’indiclion et le jour du moi*. Ije livre huitième contient 23 lettres, el le neuvième 34, mais sans date, ou avec la seule indication du mois. l-ea livres X el XI n’ont pas été remplis, ür ces lettres qui composent les livres VIII et IX, appartiennent soit aux sept premières années du pontificat de Grégoire VII, soit aux suivantes. Cela vient de ce que la ville de Rome ayant été^ assiégée et saccagée, après l’année 1088, par l’Em- (lereur Henri IV, le registre fut interrompu ; et ce ne fut qu’après coup qu’on y ajouta le* lettre* qu’on put reCtsuvrer, dont on forma les livres VIII et IX. Non-seulement nous les avons replacée* à leur vraie date, mais nous avons encore insété dans chaque livre celles qui, en différens temps, ont été publiées par les savans. Nous en avons réuni 164, toutes relatives à l’histoire de France. CLXX. Nous donnons ensujte un appendix de onze lettres concernant la prim.atie que Grégoire VII accorda, ou , si Ton veut, qu’il renouvela, en 1079, à l’église de Lyon, sur les quatre provinces Lyonnoises, de Lyon, de Rouen, dé Tours et de Sens. On voit dans ces lettres que Gebuin, archevêque de Lyon, qui, en vertu de ce nouveau privilège, se regardoit comme vicaire né du Siège apostolique, cnerchoil à ruiner, par des menê^ sourdes, l’aulorilé d’Aimé, évéque d’Oléroii, à qui Grégoire VII avoit confié les fonctions de légat dans la province de Tours, sans pouvoir y réussir.

CLXXI. Dans l’avertissement que nous avons Iilacé il la tète des lettres d’Urbain II, qui occupa e siège de Rome depuis l’année 1088 jusqu’en 1099, nous a’^ins prouvé qu’il avoit été dressé anciennementtun registre de ses lettres, lequelt1 étoit con.servptaux archivestdu Vatican en 12.59.t du temps detGrégoire IX.tGe registre n’existe plus. Voulanttréparer cettetperte en ce qui concerne la Féance, nous avons réuni et mis en ordre 8t des lettres d’ürb.ain II, qui étoient éparses dans une multitude de livres ; et avec le set ours des bulles dont nous avons rapporté les dates parmi les gestes, nous sommes parvenus à en délerniincr l’année, Pour ne pas nous égarer dans nos recherches, nous avons dû faire attention qu’Urbain II avoit adopté, au moins depuis l’année 1095, le calcul des Pisaiis, qui anticijKiicnt de neuf mois sur l’année commune, commençant la leur au 25 mars avant le 1jour de janvier : calcul qui a été suivi par quelques-uns de ses successèurS- Il introduisit aussi une nouvelle manière -C-