Page:Recueil des Historiens des Gaules et de la France, tome14.djvu/61

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Ivj

PRÆFATIO.

• illos quos culpa sua monsirabal sic fedar-B gwndos. Vir autem illustris jamdictus • Aldebertus episcopus, religiosc cogitans • maUriales gladii justilias ad vîrgam regni » pertinere, noslram serenitatem Parisius » ai/iit, ibidem, iu præsentia totius baroniæ nostræ, cognovit episcopatum suum » de corona regni nostri esse ; et se nobis • subifens, nobis et regno, Lclebriter taclo • Evangelio sacro, fidelitatem feeit. Quod ■I sanr factum ail nullum Jetrimentum et » ad nullam /irorsus pricalionem haclenus » liabitœ jtolestalis in poslerum converti voit lentes, notum facimus universis pripscn-B tihiis et futuris, quod ecclesiæ gluriosi rnaru Igris Pricali, el rpi.scojiis omnibus vene-J nihili amico nostro Aldebcrio canonicè t Mais l’illustre évéque Aldebert, convaincu que, > dans les principes de la religion, c’est au sceptre s royal qu’appartient le pouvoir du glaive, est venu » nous trouver à Paris ; el là, en présence des ba-B rons, il a reconnu que son ivéché dépendoit de la » couronne de France ; et, se mettant sous notre B obéissance et celle du royaume, il nous a promis solennellement fidélité sur le saint évangile. B Or, ne voulant pas que cette démarche porte B aucun {îréjudice au pouvoir (|u’il a exercé jusqu’à B présent, nous faisons savoir a tous présens et à B venir, que nous accordons à l’église du glorieux B martyr S. Privai, à notre ami le vénérable Alde-B bert, et à ses successeurs légitimes,/’érêcAé</e B Gévaudan, avec 1er droits régaliens qui appar-B tiennent à notre couronne, sans aucune e.rception, B }>our en jouir à perpéluilé, sous notre protection B royale, librement et sans trouble. » Au I,. ru

tu nxià

Mil"

t II

mcril t

» siicccilcntibus, totum Gaballorum epis- )) copatum, cum regalibus ad nostram co-D ronam pertiiienlilius, ex integro concediinus, et ut libéré et quietè in perpetuum [lossideant ,

!■ auctoritate regià confirmamus etc. »

l.i inoci’i cnsis aiitcin episcopatùs disjiosiliu Quant à l’évèché de Limoges, nous voyons par piitcs Aquitiiniic Itth’cs cnil, cæ ep.hilolatunetlettre du clergé detcelte église, écrite vers rb ronnim l.cmoriccns,um ail H . Ai/iiilaniivtl’ant1000, <pi’il étoitVitla disposition des Ducs hiiicini irca on. 1 000 ,v. r//7(i. Oiniiia nos- d’Aqiiiluiiie, /’ei//<r (/iic aron», disent-ils, rou» tiasimt aia, iniiiiiiint illi ; lu custos nostritappartient ; roii.i êtes notretgardien ; encoycz-nuus un es ; imite iioliis oviiim custodem, non de-tvraitpasteur, et non un loup qui dévore ses brebis. Ce lendaiit, (jiioi (pi’en di.se l’auteur du mémorial, lia

17.1.

I irali ireni. Vri iim, l onh a ipiiim srrijitum

r.sl in hoc hrei icii/o, lloluziux inciric i/rmonstcat .’i.’jjidoco iim anno l’Jië rcgulia iiccepiiii de l.cmovh i ilsi ij>t’ ;.coptilu. Vide addltotiir. s iitl hlonni de Coneordia sacerdolii et iin/icrn, col. I (i’2 I .

Jiii’i.o, lie ijcc) llilui icetisi episcopatu jus ’t'ai t diIntccCMim inlcr- inincne llcgnn et .[ I II I lo n ne Ihncin : nam, teste Beneil iiti) Peuze prouve victoneusenient, dans ses additions au livre de la Concorde du sacerdoce el de l’empire, col. ’,Vi, que long-temps auparavant, en I2ié, S. Louis avoit perçu les regales de l’évécbé de Limoges.

Il y a (dus. Le droit inéine de régale sur l’église de Bourges étoit eonlesié au Hoi de France par le Duc d’.(]uilame. Benoit de l’élerborougli niconte Ifdiin iicnsi ad anniim 1170. • tte.r Aiiglice qu’en 1170 Henri 11, Uoi d.Angleterre, preten- •te.dmiimaliis esl areliiepiscopalum lîiluri-tdoit que raichecèehé de lluiirges etoit une ilépen-Itl eiiM’iii deliere .id|,icere iliie.ilui .Vquita-ti/mice i/ii i/i/c/ié (/’ l(/i//7(i/7ie y mais le Boi de France uce .i d.li, .i iroin ne , ontrodiccbat : et .ictjirélendoit le contraire, et cette confeslation lut le ’tII’ l’i iiij^tlloi iji 01 I discoi liai,’utenpie illo-tsujet d’une nouvelle guerre. ■trum nui.piuin I ■l’ii/regiieit r.eercilum rtc. • l.e Hoi d .Angleterre formoil les mêmes [irélenlioiis sur l’évéclie île (derinont. Nous avons la lettre qu’ecnvireiil a’ce sujet les tlianoines à Louis A 11. u Les comtes d’Aiivei g ie, rliseiit-ils, a oût pas 1) lionte de soutenir ipie notre église, ipii apparn ^-tn’iil à la dignité et ail (i.sc des Bois de France, » e^nnfiefdii Hoi d’.Aiigleterre, et ils nous re-B proclienl l’expédition que vous avez entreprise » pour venir a notre secours. « Ce[)endant la même prétenlion du Hoi d’.Angleterre, en sa qualité de Duc iF.Aquitaine, axant ete agilee dans un congres en 1177, il hit dit par les barons que . oiu’o rcsi’ici cidni.isrt a luirunihus Arrer-tl’Auvergne appartenoit de toute ancieniiete au domaine V.t’espiiinh ruHt illi • lotam .Alceniiamtdes Dues il’.Aipiitainc, exci’iile l’ecéchc de Ch rmont, ilr ii’iliipio jure perlinerr ad dominiumtauquel le Hoi de France eluit en droit de recomman-III i.i t jiiihini r , exeeplo episcopatu ,tder. Benoit de Peterhorougli ajoute que le Hoi de plein dieehaiit perlinere ad donationemtFrance, qui avoil des prétentions sur r.Auvtrgne, ’t .tItrt.1tntetlui vouluI pas s’eH tenir a cette décision. .M, Dans toute la pructncc de Fours, excepté les ecérhés de Saint-.Miilo, de Tréguier, de QuimpiT, de .’lainl-Brieui’, de Vannes, de Nantis, de Bennes el de Dot. C’est-a-dire, excepté tous les évêché» Je la

’ hc t .loiiunnutciisi iphhpie r< c Irsia fui t inler i ichiu Iti gi s ciuitrui crsni. Qua de re vide i’Ii-iai lOiiiluli t.laruiieiulrnsis ad Tudoniiiu 1//, apud { tiisuiiim t. /I . Ber, Frane. j I>7|. kl lut,uni irt/m : « Jam quod riufice diiji.ihilis rt lie fmoBegis Friincnnijn e.st, - /éy/.v Anglorum jeu,lum esse impudenlrr . lis. ;. Miiif ’ tri f imir Comités’ , oilcentum ’ I sjru’u et prvti’i thinem restram notas im- . prnp, ranh’s. .. Verùm, eùm de eadem eontrui rrsio liiiliitum fiii.sil, litino 1177, inter licgcs rolloquium, rt Bi.i’ .

glonim

lljiil p lT :i Hegi-Franei.r, .kid Toiloi inis Be.r Fran-’ ■ ’ Ul’lediiit couseuhre huic definitioni, • M lu lola (iroviiu’ia Turonensi, excep- |is M.ii lio’ieiisi, I recorensi, Corisopitensi, Ili ieeeiiM, A eneleiiM , N’.innetejisi, Hedoiiensi el DoleiiM Qui ’nimirum episi oputus