Page:Recueil des Historiens des Gaules et de la France, tome14.djvu/8

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


qâe €oati«wlm k XV.*, q«B Wt 4Êÿk •HfànWjteji» rnêniot’fim^m^ : rnimpmm.t’ qu* mnptef !dt^ tonmt hie XtV, ml’^m awiyfrWiiiy tomm ATf%i /*"* ^y«Dtm ncMtt reiulMi» tm pltlà dél^ des éctits ocgiterutt oe yolumeÿ i4qoe nom pign^mm «tt jugnaeat sur le ’n^tle «t de iiiecfm pertiéiilier, rons sttixi]^^ pour ea ÜKàlitflr l’intelUgame, quelq[iMB’ questions rate* tires aux moeurs et aux institutions de ces temps-là. Nous examinerons dam deux sections, î.* quelle ètmt, aux xi.*et xu.* siècles, Tadininistiiatioa eodésiastique du royanmê ; 2.* quelle étoit Tadministra* tion civile : ce qui nood donnera l*UQCatoè ^dnrmmttoHiiam dwiir» e> rrnm aiUdMin mtfMmMéàumjoMm itoilra iUmrum i^ipont^ fàii /sflàfflte endwn iarÿwi iiUelligemcar, ieiibaèêmm : Danhus itaqm sectionibûs inquiremu», i.* qux fuerit, Mcnlw xi el xu* eoeieswtica regni iulmiimtrmtmf %.* qmmoivUit : eoqti» sub wgumaOù rmirreta singtOu ferè • jutv jHi^Uei i&ùis en» capitasicm de discuter presque tousles pwàts du dimt public quiétoit alors en. usage. uCfïM FMBntaïa. De radmimtlraiüm eccbfniutiçm du royaume auæ De XI.* et xu.* siMei. Noiu iniBBlioa ■ ect pas de doaoer oa traité de b diacipliiie ecclésia»tique t nous ne bisons que Rechercher historiquemeni queb changemens elle éprouva dans ces stécks, et quela étoient les nouveaux droiia et les nouveaux usagea oui furent établis. Nous traiterons, i, de l’autorité du Pape, et des accroisseoiens quelle reçut alors ; ii, des L^aU et de leurs fonctions, qu’on toléra, non sans contradiction, tuais avec patienoe ; ui, de l’établisement des priinaties ; iv, des atteintes portées aux droits des évéques ; v, dra appellations beaucoup trop fréquentes au siège apostolique ; vi,’ de l’élat monastique, et de rorigioe des nouvelles congrégations qui furent ét^ies ; vu, des privilèges M exemptions des moines ; vni, des oonleatatioaa qui s’élevèrent au- sujet de la profesaioa que les évéques exigeoient des abbés ; ix, de la trêve de Dieu, et des lois de la paix ; x, du for eocléaiastique, et de rexoommuuicatioa ; xi, du triplé juj^uent de Dieu, comme on l’appeloit, c’est-à-dire, de la manière de prouversoo innocence ou son bon droit per le duel, et par les épaves du fw cheud ou de i’eeu froide ; xu, de la puigatiou canonique, eide la ma- . niére dediasoudre Ica mariages ; xin, des pélerinam et des croisades ; xnr, du gouvernement dee éoolm, et du cOmasenoement de l’univenité de Paris. 1. De l’auierité du Pope, H des aecmsumetu reçut au xi.* itàde. qu’elle 1. L’autorité des PaiM, qui s’éfoit ecorue au milimi des yicimitudas humaine», et evoit pouaeé de profondeamcinee, bit encore prodigieueement augmentée par Gtégoire VU, quidonoa à aea sucirexempie d’eesr Iw dhmes Isa plua yonut VII, fui ancno Faut*. ccdeaiaatica rcgni administratione, steculia XI et xu. Tnxcrxnne de eeeksiastica, ditcipitna haudquaqmm itutUuimm ; xd mulationes tum tempera factat, nova jura nevasqueconsueludtnet inducta, hitloricé pertcrutatnur. Ae t.* quidem agemus de Homanontm Ponti/icum aufloritate qualenus ampti/icala ; u, de Legatis et LegeUorum muniit, quandogue impugnalia, trd patienter teteratû ; ni, de nova primatuum instiMione ; iv, de quibusdam episcoportMn yurtéui labefactit ; v, de appeltatiombus ad apottoUeam tedem ultra modum frequentatù ; n, de monastki ordinis tplendore, et novarunt cangregationwH origine ; vu, efp privilegtù et eacemptionibU* monachorum ; viii, de eontrovertia circa profettionem epitcopi* ab abbatibu» faeiondam ; ix, de Irevia Dei, et pacit legibut ; x, de foro ecclrtiatlico et eœcomnmnitatianibut ; xi, dt triplici Dei, ut ooraéant, judirie, id est, probatione per duellum, necnon eœaminalione per cantJetu ferrum vel per aquam fTigidam ; xii, de ptirgatiche canonicp, et diteifdina solvendorum matrimoniorum ; xui, de peregrinationibut et tacrit eccpedilionibus ; xrv, de disciplina’ tcholafttm, et initiis academice seu universitatis Parisiensis. I. De auctoritate Romani Ponbficis, quatenua sæculo XI amplificata. 1. Aéultam , et inter KumaMrum rerum viciseitudinei sUmtem, altieque radicibus confirmatam, Ihmanorum Pontificum aaelerila- t» ■ ! •flMNeMHm fuiMtèm ampliflcatnt Gresucceseeribm a tutt •j erdue «MiM