Page:Reiset - Mes souvenirs, tome 2.djvu/187

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
177
CHAPITRE SIXIÈME

épousé une fille de la grande-duchesse Hélène, mari de la grande-duchesse Catherine. Il ressemblait beaucoup au duc d’Orléans, dont il avait le genre et les manières. Il était d’ailleurs fort aimable et accueillant. Enfin, les jeunes grands-ducs Nicolas et Michel, assistés de leur gouverneur, le général Philosophof, m’ont également reçu. Ils me connaissaient à merveille, m’ayant rencontré souvent au bal chez le général Soumarakoff, le grand-duc Michel était même venu me demander très aimablement de lui servir de partenaire à une figure de mazurka qui tient lieu à Pétersbourg de cotillon. Mais avant toute présentation régulière je n’existais pas oficielleement pour eux.

Le général Philosophof, qui avait élevé ces deux jeunes princes, était un officier fort distingué. Comme Pierre le Grand, ils avaient appris le métier de charpentier. Le général me montra un bateau à voile construit par eux, le modèle d’un pont en bois, qu’ils avaient exécuté dans le parc de Tzarkoë-Selo. Une grande salle de leur palais était remplie de plans en relief et de modèles d’ouvrages de fortification. Le gymnase auquel ils s’exerçaient quand ils étaient jeunes avait été conservé, il était d’une hauteur effrayante. Le général Philosophof craignait toujours que les jeunes princes ne se rompissent les membres en tombant.