Page:Remy - Les ceux de chez nous, vol 9, J'écris une belle lettre, 1916.djvu/16

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

m’marier avou lu après qu’aurait fait s’timps et r’pris l’botique et l’cabaret di s’mame à l’vîle voye. Et avou l’jouweu d’armonica, c’est po m’amuser on p’tit pau et fer assoti les autes bâcelles qu’assotihet après !

— Bon alors ; faudra-t-il que je lui écrive peut-être aussi une belle lettre ?