Page:René de Pont-Jest - Le Procès des Thugs.djvu/377

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

René de Pont-Jest - Le Procès des Thugs (illustrations).djvu
Il avait résisté, préférant perdre plusieurs milliers de francs par jour. (Page 382.)

s’informa avec intérêt de la position de son ouvrier et de sa famille, afin de pouvoir, d’une façon moins blessante, lui prouver sa reconnaissance.

James lui apprit qu’il vivait avec sa mère et sa sœur, qui s’occupaient de travaux d’aiguille, et M. Berney recommanda chaudement les deux femmes à sa fille.

C’était là une recommandation inutile, car miss Emma, à peine revenue à elle, s’était empressée d’aller remercier son sauveur dans l’atelier même, devant ses amis, comme si elle eût voulu lui prouver qu’il était inutile que qui que ce fût lui enseignât son devoir.

La spontanéité de cette démarche, la franchise avec laquelle la jeune Anglaise lui avait tendu la main, sa beauté rehaussée encore par sa pâleur et son émotion, tout cela avait produit sur James un effet qu’il n’avait pu dissimuler.

Depuis ce jour-là, il n’était jamais sorti de la fabrique sans jeter un