Page:René de Pont-Jest - Le Procès des Thugs.djvu/465

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

René de Pont-Jest - Le Procès des Thugs (illustrations).djvu
Il a pillé et brûlé ma demeure. (Page 468.)

— Sir Arthur avait voulu se défaire en même temps de sa femme et du complice involontaire de son crime ?

— Oui, c’était là son double but, et furieux de ne l’avoir atteint qu’en partie, il intenta contre moi une action criminelle dont le résultat fut ma condamnation à cinq années de prison. Vous comprenez que je ne pus invoquer aucune circonstance atténuante, et que je dus me taire pour ne pas me rendre encore plus odieux à mes juges qui auraient traité de fable la machination de sir Arthur. J’eus donc le maximum de la peine. Je ne quittai l’hôpital que pour le travail forcé, moi qui étais si habitué à ne rien